La danse-thérapie repose sur plusieurs disciplines convergentes

La danse-thérapie est une discipline pédagogique et thérapeutique qui se rapporte au mouvement du corps et l’unit à la psychologie. L’objectif est de fournir une connaissance de soi au participant, en plus de développer sa créativité, d’aider à l’intégration physique, sociale, mentale et spirituelle.

La principale approche thérapeutique liée à la danse est la psychothérapie par le mouvement (DMP), fondée sur le principe selon lequel le mouvement reflète et soutient certains schémas de sentiments et de pensées. Elle consiste essentiellement en l’utilisation psychothérapeutique du mouvement pour améliorer l’intégration physique, émotionnelle, psychologique et cognitive de l’individu. Elle naît de la rencontre entre la danse et la psychologie et s’inscrit dans le cadre des « psychothérapies des arts ».

En reconnaissant et en soutenant les mouvements du client, le thérapeute favorise le développement et l’intégration de nouveaux schémas corporels plus adaptés, ainsi que les expériences émotionnelles qui accompagnent ces changements. L’accent est mis sur le comportement de mouvement tel qu’il apparaît dans la relation thérapeutique. Elle peut être pratiquée en groupe ou individuellement, dans le domaine de la santé, de l’éducation, du service social ou des soins privés.

Le public cible peut aller de l’enfant à l’adulte, y compris les difficultés d’apprentissage, le stress, les handicaps physiques ou mentaux, la conscience de soi, la réadaptation, tant dans les programmes de promotion de la santé que dans les cliniques privées, individuellement, en groupe ou en famille.

Qui peut bénéficier de la psychothérapie par la danse et le mouvement :

– Les personnes ayant des problèmes émotionnels, des conflits ou du stress ;

– Les personnes qui souhaitent améliorer leurs outils de communication, d’exploration de soi ou de connaissance de soi ;

– Ceux qui vivent des expériences ou des sentiments accablants ou des difficultés de communication ;

– Les personnes touchées par un traumatisme ou présentant des déficiences susceptibles d’altérer la capacité à identifier et à comprendre les points forts ou les points faibles ;

– Les personnes souffrant de troubles alimentaires et de problèmes d’image de soi ;

Origine du nom

Le terme danse vient du français danse, dérivé de « tam », qui signifie tension en sanskrit. Ainsi, l’expression dans cet art comprend une intensité corporelle et celui qui danse, entre activement en relation avec la nature.

Si l’on considère la signification du mot thérapie, qui vient du grec et dont le sens est de fournir des soins médicaux ou de soigner, les thérapies liées à la danse (et leurs variations nominales, selon la méthode adoptée) se présentent comme un moyen de prendre soin du corps et de l’âme.

Création

Depuis l’Antiquité, le développement psychologique de l’individu implique un ajustement constant de la psyché aux archétypes ordonnateurs, dans leurs dimensions conscientes et inconscientes.

Il y a des millénaires, les archétypes correspondaient à la matrice mythique d’un peuple ou d’une culture. Le mythe était généralement transmis à partir d’un point de départ, et avait une narration, souvent circulaire.

Les manifestations à l’égard des forces surnaturelles se sont déroulées de diverses manières, mais les danses circulaires apparaissent comme l’une des plus anciennes manifestations humaines en l’honneur de ces pouvoirs.

Des inscriptions rupestres datant de 15 000 ans avant J.-C., découvertes en France, indiquent que des sorciers dansaient en rond, vêtus de peaux d’animaux, pour tenter de séduire des cerfs, peut-être dans le cadre d’un rituel de chasse.

À l’époque, les danses étaient considérées comme sacrées car elles constituaient des imitations de modèles archétypaux. Aux périodes mésolithique et néolithique, les danses circulaires sont apparues liées au sacré de diverses manières, de celles réalisées pour la pluie à celles réalisées pour demander la guérison d’un malade.

Dans les périodes plus récentes, la relation avec le sacré semble perdre de sa force, mais on a retrouvé des documents datant de 6 000 ans avant J.-C., en Égypte, où des individus dansaient la danse des étoiles afin de maintenir l’ordre céleste.

En Grèce, les rituels de foulage des raisins pour faire du vin s’accompagnaient de musique et de danse, ce qui a contaminé tout le monde, en lien avec le dieu de la danse, du théâtre et du vin Dionysos.

Au Brésil, les rituels de pétrissage du blé se déroulaient de manière similaire, un héritage indigène. Il existe également de nombreuses danses circulaires issues de notre héritage africain.

L’énergie vitale. Le pouvoir de la danse en tant qu’énergie vitale a été observé dans les cultures anciennes, qui ont perçu la capacité qu’elle a d’offrir la force créatrice qui favorise le contact avec les émotions de manière corporelle et concrète, en étant thérapeutique.

Après des années de répression du côté le plus sombre et le moins objectif de l’humanité, le siècle dernier pourrait être le témoin d’un retour aux valeurs primitives et, parmi elles, le sauvetage de la valeur sacrée de la danse et de sa fonction de guérison.

Dans ce sens, on a remarqué que la danse n’est pas seulement un « adorno » (ornement) et, lorsqu’elle est présente dans l’éducation, elle se montre comme un moyen parallèle d’offrir à l’homme une éducation qui lui permet de vivre avec moins de peurs ou de phobies, mais avec une plus grande perception de lui-même et de son corps comme moyen expressif par rapport à la vie.

Les précurseurs de la danse liée aux activités thérapeutiques étaient eux-mêmes impliqués dans les bénéfices que l’activité offrait. Marian Chance (1896-1970), gravement blessée au dos à la suite d’un grave accident, a vu ses activités de loisirs entravées par les fortes douleurs qu’elle ressentait.

Grâce à un médecin, qui lui a conseillé de se tourner vers la danse pour renforcer les muscles de son dos, elle a découvert en elle des potentiels cachés, réaménagé ses propres limites et trouvé une nouvelle forme de plaisir qui l’a amenée à se spécialiser dans le domaine, en développant la thérapie par le mouvement dansé.

Dans le DMT, le mouvement permet la connaissance de soi, permettant d’entrer dans des parties plus profondes de soi et, par conséquent, dans des sentiments qui sont difficiles à exprimer verbalement. De nouvelles façons d’être et de ressentir sont explorées, initiant un changement progressif de l’être.

La redécouverte du plaisir du mouvement libre, sans jugement, est propitiée par le DMT, ouvrant la voie au développement de ses capacités et de ses compétences. Bien que leur vie personnelle ne soit pas directement liée au développement de ces techniques,  Fux (1922) et Trudi Schoop (1904-1999) ont utilisé leurs expériences professionnelles pour créer leurs propres méthodes utilisant la danse comme intervention thérapeutique.

Fux, dans son expérience avec une jeune fille malentendante, a observé l’importance de la danse et a amélioré son travail avec ce public, devenant une référence importante dans le domaine. Schoop, qui avait une formation médicale, a utilisé ces ressources pour traiter les patients psychiatriques dans les hôpitaux, ce qui l’a amenée à développer la technique du corps et de l’ego.

Histoire

Les bienfaits de la danse en tant qu’art à but thérapeutique sont visibles dans différentes civilisations. Dans les cultures tribales, c’est par la danse que s’établissaient les relations entre le monde terrestre et le monde spirituel, entre l’homme et la nature.

Les danses étaient également utilisées pour célébrer des événements importants, et étaient aussi des formes d’intégration de l’individu dans sa communauté. Dans les danses chamaniques, la capacité de guérison de cet art est forte.

Au fur et à mesure que la société devenait patriarcale, donnant la priorité à la raison et à la science, le caractère magique et puissant de la danse se perdait, et elle était considérée comme une activité de loisir et de divertissement.

L’industrialisation et la croissance urbaine ont contribué à ce que les danses circulaires perdent de leur force, n’étant plus présentes que dans les présentations folkloriques ou les groupes ethniques.

Au Moyen Âge, la danse était interdite par le Conseil de Tolède et en 1298, elle était considérée comme un péché grave.

La danse moderne: Ce n’est que dans les années 1920, avec l’avènement du modernisme dans les arts et sa recherche de nouvelles normes de réalité, que la danse moderne a émergé, ouvrant les portes à de nouvelles approches du mouvement du corps, en rupture avec les directives classiques en vigueur jusqu’alors.

La danse a été intégrée aux théories du mouvement et de la psychologie, se configurant comme une pratique thérapeutique. Initialement, le développement de ces pratiques a eu lieu en Amérique du Nord et en Europe. Suivant les progrès de la psychologie, la danse a commencé à offrir des moyens d’expression.

Les premiers danseurs modernes ont cherché des moyens de révéler l’inconscient par le mouvement. Ce point de vue était justifié par le fait qu’ils pensaient que la danse pouvait explorer des sentiments personnels et des thèmes universels.

Des méthodes ont été développées à cette époque pour utiliser la danse comme mouvement éducatif, en examinant la relation entre structure, fonction et émotion. Deuxième guerre mondiale.

La décennie 1940, marquée par la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), a entraîné une forte demande d’alternatives thérapeutiques pour les blessés et les survivants de la guerre, dont les marques psychologiques ne pouvaient être traitées avec les méthodes en vigueur.

En 1942, la danse comme intervention thérapeutique a été proposée à l’hôpital St. Elizabeths de Washington D.C., aux États-Unis. Là, les bienfaits thérapeutiques de la danse sont déjà familiers, Marian Chace (1896-1970) s’occupe des patients traumatisés par le conflit.

Pour la première fois, la danse a été utilisée pour communiquer des choses que la parole ne pouvait pas faire. Cette pratique a donné d’excellents résultats et a conduit Chace à poursuivre ses études, à publier des articles et à proposer des ateliers. 

Dans les années 1960, ses connaissances s’étant considérablement élargies, Marian Chace participe à la création de l’American Dance Therapy Association, dont elle devient la première présidente de 1966 à 1968.

La thérapie par la danse et le mouvement (DMT) est l’une des pratiques pionnières dans ce domaine. L’institution a ouvert un espace pour diverses autres formes de thérapies liées à la danse. La thérapie par la danse. Presque en même temps que Marian Chace (1896-1970), Fux (1922), en Argentine, a développé la danse thérapeutique (1968), une technique similaire à la DMT, qui a eu une influence importante en Amérique latine, étant l’une des principales approches adoptées.

Au cours de la décennie suivante, des études dans le domaine de la thérapie et de l’éducation par la danse ont été développées et étendues à l’Espagne, au Portugal, à l’Angleterre et à Israël. Dans les années 80 et 90, le travail est mis en œuvre en Italie et au Brésil, plusieurs ouvrages sur le sujet ont été publiés.

De nos jours

Au Brésil, le pionnier dans la formation de la danse-thérapie de mouvement est le CEFID  « International Center for Dance Therapy Formation », qui permet au professionnel d’agir dans un cadre national ou international, en suivant les préceptes de l’ADTA â American Dance Therapy Association, la première à être fondée aux États-Unis, en 1966.

Au début des années 2000, un partenariat a été établi entre Mc Gross (actuellement le Centro Brasileiro de Dançaterapia, dirigé par Mirian Loverro, créatrice et responsable du programme de formation en danse-thérapie au Brésil) et le Centro Creativo de la Danzaterapia, à São Paulo.

Ce partenariat a permis de créer et de mettre en œuvre le programme brésilien de formation en danse-thérapie, et de certifier la première classe de professionnels de la danse-thérapie à São Paulo.

Actuellement, Mirian Loverro, directrice du Centre brésilien de danse-thérapie, poursuit le travail de Fux au Brésil.

Le Centre brésilien de danse-thérapie bénéficie, dans son corps enseignant, de la collaboration de plusieurs professionnels brésiliens et étrangers de renom.

La maturation de la profession se traduit par de nombreux débats entre professionnels dans le monde entier et par la publication d’un nombre croissant de travaux de recherche.

De nouvelles écoles qui associent la thérapie à la danse voient le jour, tandis que de nouvelles générations de professionnels obtiennent leur diplôme et découvrent les nouveautés dans ce domaine. Les expériences positives avec les publics les plus variés consolideront de plus en plus la zone.

Principes fondamentaux

La danse-thérapie repose sur plusieurs disciplines convergentes

Musique : fonction essentielle de la nature humaine, la musique est présente dans différentes cultures et à différentes époques. C’est un facteur d’identification important, car il existe une musique particulière chez différents peuples, qui s’identifient à elle comme étant de leur origine. Elle exerce une influence sur leur comportement et leur état de fonctionnement.

Science : fait référence à la connaissance ou à la pratique systématique, au sens large. Elle fait également référence au système d’acquisition des connaissances par la méthode scientifique, qui aboutit à un ensemble organisé de connaissances à partir de ce qui a été recherché. Par conséquent, la science est une activité humaine fondée sur des principes élaborés rationnellement.

Elle utilise une méthode définie au moyen de laquelle des connaissances considérées comme objectives et de validité générale sont produites, testées et prouvées.

Musicothérapie : utilisation de la musique et de ses éléments – son, rythme, mélodie et harmonie – pour faciliter la communication, l’apprentissage, les relations, l’expression et l’organisation.

Cette technique peut apporter des bénéfices physiques, mentaux, émotionnels, sociaux et cognitifs. L’utilisation de la musique vise à fournir un cadre pour aider les personnes souffrant de problèmes émotionnels, de comportement ou de difficultés physiques, se configurant comme une science médicale en développement qui favorise l’équilibre entre l’esprit, le corps et la réalité.

Art-thérapie : la technique apparaît comme un moyen qui favorise le chemin de la connaissance de soi à travers diverses ressources artistiques. Le développement du potentiel créatif de chacun est encouragé, au bénéfice de la possibilité de découvrir de nouvelles façons de voir le monde à travers l’expression artistique.

Ainsi, elle ouvre la voie à l’adoption de nouvelles postures et à l’acquisition d’un nouveau sens à la vie, construisant une existence plus gratifiante. Elle permet également la reconstruction et l’intégration de la personnalité, créant une condition de transcendance des expériences personnelles immédiates, en plus d’augmenter l’estime de soi, dans la mesure où il y a une appropriation de la capacité d’innovation.

Kinésiologie : cette science vise à étudier les mouvements du corps, en cherchant à comprendre les forces qui agissent sur un objet ou un corps humain et à les manipuler afin d’améliorer les performances humaines et de prévenir les blessures.

Psychologie : c’est l’étude du comportement et des processus mentaux, en se concentrant particulièrement sur l’individu. Elle recherche une connaissance objective, fondée sur des faits empiriques.

La culture orientale : l’influence de la culture indienne, dans laquelle le dieu Shiva, dieu de la danse, est l’un des responsables de la création de l’univers, est très présente dans divers aspects de la danse-thérapie. Le corps de Shiva est l’instrument de la transformation et la vie transcende à travers lui. Le début de sa danse implique toutes les formes d’existence dans le processus de transformation.

Le mythe raconte qu’un démon géant, sous la forme d’un éléphant, s’oppose au dieu, qui lance un combat de danse dans lequel l’éléphant doit danser jusqu’à la mort. Après sa fin, le dieu Shiva exécute, avec charme et agilité, les danses de la victoire et de la mort de la nature.

La danse apparaît donc comme un attribut de Shiva qui, à travers elle, donne vie à la matière, créant et soutenant ses phénomènes.

En pratique

Fondamentaux. Les principes fondamentaux de cette technique reposent sur l’intersection de l’art et de la science. Elle repose sur le principe que l’état émotionnel et la personnalité de chaque personne se reflètent dans ses mouvements et que, par conséquent, la modification de ses schémas de mouvement peut entraîner des changements dans la santé émotionnelle et physique de l’individu.

La proposition consiste à promouvoir la conscience de la personne en tant qu’être de la nature, qui participe d’une manière ou d’une autre aux rythmes biologiques, aux rituels sociaux et communautaires de la danse de l’univers. Elle favorise donc la rencontre avec la totalité, réduisant la séparation de l’esprit et du corps si prisée par le monde moderne, réintégrant les fragments de polarités.

La thérapie par la danse ne se préoccupe pas de la beauté et de l’esthétique. Celui qui s’adonne à cette pratique n’est pas nécessairement un danseur professionnel et, par conséquent, il n’y a ni exposition ni public.

Le mouvement est l’expression de l’écoute intérieure de la manière authentique d’être. Ainsi, il est possible de trouver nos propres limites, en apprenant à les respecter. Session. Comme les techniques de la thérapie par la danse et le mouvement varient en fonction des besoins et des capacités du client, les activités d’une séance de DMT peuvent également varier.

En général, la séance implique une certaine forme de mouvement, qui peut aller du plus subtil au plus expansif, des pas appris ou imités à ceux qui découlent d’une improvisation totale, sans aucun jugement.

Spécialiste

Le professionnel de la danse peut être issu des domaines de la santé, des arts, de la communication, de l’éducation et des sports, ainsi que des professeurs de danse ou du domaine des ressources humaines. Il n’est pas nécessaire d’être un excellent danseur, mais il est recommandé d’avoir une bonne connaissance et une bonne aptitude pour la danse et le mouvement du corps, en plus de suivre des cours pratiques pendant au moins deux ans, ce qui lui permettra de mieux connaître les formes, les rythmes, les motifs et les expériences de la danse.

Il est donc recommandé d’acquérir des connaissances théoriques et pratiques, mais aussi de développer la patience, l’intuition, l’empathie et la créativité. Son travail consiste essentiellement à utiliser le mouvement et la danse comme un langage, dans un but thérapeutique.

Sa fonction est d’ouvrir des canaux de communication qui facilitent la relation de la personne avec la danse, la musique, le silence, l’écriture, le dessin, la parole, l’humour et les stimuli intermédiaires. Il doit se tenir constamment informé des nouveautés dans la région, ce qui lui permet d’accroître ses services.

Techniques

Les techniques qui peuvent être utilisées dans une session de thérapie par la danse et le mouvement sont très vastes et peuvent varier en fonction des besoins et des capacités des participants.

Les mouvements peuvent aller de très subtils à des improvisations de danse. En général, l’idée est de transformer la rigidité du corps en élasticité, en motivant la joie de vivre et en orientant l’individu vers la recherche d’une meilleure qualité de vie.

Le plaisir, la concentration, la patience, l’accueil, le respect des différences et la tendresse sont travaillés. Place. La chose la plus importante dans une session DMT est le lien entre l’animateur et le patient.

Il n’existe pas d’études décrivant un espace aux caractéristiques déterminantes pour que l’activité puisse avoir lieu, mais il suffit qu’il dispose d’un minimum d’espace et, dans certains cas, d’un miroir pour que le patient puisse voir son propre mouvement. De plus, selon la méthode, il est conseillé de disposer d’autres ressources expressives qui facilitent l’accès aux contenus inconscients qui émergent pendant le mouvement.

De plus, comme la danse liée à la thérapie peut se produire dans des environnements variés, de l’hôpital à la clinique privée, en passant par les écoles et les entreprises, la flexibilité de son action permet à l’environnement de ne pas être quelque chose de rigide.

Top noms

Marian Chace (1896-1970). Américaine, danseuse et thérapeute de la danse, elle a commencé son contact avec la danse après avoir subi un accident qui lui a blessé le dos, rendant très douloureux l’art de la peinture ou du dessin.

Un médecin lui a suggéré de prendre des cours de danse pour renforcer son dos et cela est devenu son « moyen de communication naturel », ce qui l’a décidée à donner des cours de danse à la Denishaw School of Dance de New York. Depuis lors, ses connaissances et son développement en matière de danse se sont développés jusqu’à ce que, dans les années 1940, sa réputation soit telle que les médecins envoient leurs patients prendre des cours avec elle.

En 1942, elle a été invitée à travailler à l’hôpital St. Elizabeths de Washington D.C., aux États-Unis, à une époque où les conséquences psychologiques de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) se faisaient sentir et où il y avait une ouverture pour de nouvelles méthodes de traitement. Puis, pour la première fois, la « danse pour la communication » est proposée et, en 1947, elle devient danse-thérapeute à plein temps.

Son intérêt l’a amenée à publier des articles et à proposer des ateliers. Dans les années 1960, elle a contribué à la création de l’American Dance Therapy Association, dont elle est devenue la première présidente de 1966 à 1968.

Rudolf Laban (1879-1958) : né en Hongrie, Laban est à l’origine du développement d’une forme de traitement appelée danse expressionniste, dont le principal objectif était d’exprimer des émotions.

Ayant consacré toute sa vie à la danse, il était considéré, dans les années 1920, comme un grand maître et une force motrice dans ce domaine. Il a rompu avec les normes rigides dominantes à l’époque et a offert la possibilité de travailler avec la forme naturelle du mouvement des personnes, qui est le grand moteur du mouvement créatif.

Irmgard Bartenieff (1900-1981). Allemande, danseuse, chorégraphe, pionnière de l’étude de la thérapie par la danse et disciple de Laban. Elle a transposé sa technique dans le domaine de l’entraînement physique, en développant sa propre méthode de rééducation corporelle appelée « Principes fondamentaux de Bartenieff », qui est devenue partie intégrante des études de mouvement de Laban.

Son expérience de la réadaptation des victimes de la polio au service de polio de l’hôpital Willard Parker à New York l’a amenée à développer les premières étapes de sa technique.

En 1978, elle a fondé l’Institut Laban/Bartenieff d’études du mouvement Blanche Evan (1909-1982). Elle a développé la « danse créative en tant que thérapie », estimant que tout ce qui ne pouvait être exprimé par des mots ou pouvait l’être par la danse.

Sa spécialité était les enfants, mais elle travaillait aussi avec des adultes. Elle a été l’une des fondatrices de l’ADTA (American Dance Therapy Association). Liljan Winifred Espenak (1905-1988).

Elle a réalisé un travail important avec des enfants ayant des besoins éducatifs spéciaux et des problèmes de comportement. Cela l’a amenée à développer une série de tests de diagnostic du mouvement (MDT) qui fournissent des informations sur les composantes négatives ou positives de la personnalité du client.

Fux (1922). Danseuse, chorégraphe et thérapeute de la danse argentine, elle est connue pour avoir développé son propre système de thérapie par la danse. Elle a grandi dans le quartier de Caballito, à Buenos Aires, en étant passionnée par la danse depuis son enfance. Son expérience personnelle et professionnelle lui a permis de devenir une référence importante dans le domaine.

À partir d’une expérience avec une jeune fille sourde, Elle s’est intéressé à approfondir ses connaissances sur la manière de traiter ce public, en prenant soin de ne pas les différencier des auditeurs et en les incluant dans ses séances, étendant cette caractéristique à l’ensemble de son travail.

Trudi Shcoop (1904-1999). Née en Suisse, cette danseuse classique a été une pionnière dans le traitement des maladies mentales par la danse-thérapie. Elle a étudié le ballet et la danse moderne après s’être établie comme interprète.

Elle a développé ce qu’elle a appelé la technique du corps et de l’ego, qui vise à sortir le patient de son isolement par le mouvement et à l’aider à réagir au contact humain, plutôt que de se cacher ou de fuir. C’est surtout au Camarillo State Mental Hospital qu’elle a trouvé un soutien pour développer sa technique, après avoir travaillé dans plusieurs autres hôpitaux de Californie.

Mary Starks Whitehouse (1911-1979). Alors qu’elle était encore étudiante, elle s’est intéressée à la psychologie analytique et a suivi une formation de psychothérapeute avant de devenir danseuse professionnelle, puis enseignante.

Dans ses séances avec des patients psychiatriques, elle a commencé à intégrer la danse comme thérapie du mouvement à peu près au même moment que Marian Chance, à Washington.

Son intérêt pour l’imagination active de la psychologie analytique l’a amenée à développer un processus de psychothérapie de groupe expérimental dans lequel les participants étaient encouragés à exprimer spontanément l’exploration du mouvement, qui a ensuite été connu sous le nom de Mouvement Authentique.

Janet Adler. Danseuse-thérapeute et psychanalyste, elle a étudié avec Mary Whitehouse et l’a aidée à fonder le Mary Starks Whitehouse Institute, la première école à étudier et à pratiquer le mouvement authentique.

Elle a développé les études initialement recherchées par Whitehouse, selon lesquelles le mouvement effectué les yeux fermés favoriserait un plongeon plus profond et une plus grande expansion de la conscience. Elle a écrit  » Offrir du corps conscient : la discipline du mouvement authentique « .

Autres points de vue

Une recherche menée par la Collaboration Cochrane, une organisation axée sur la recherche qui valide ou confirme des informations médicales dans des méthodes présentées, a souligné qu’il n’existe aucune preuve concernant les avantages physiques ou psychologiques de la thérapie par la danse et le mouvement avec les patients atteints de cancer.

La même chose s’est produite avec les patients schizophrènes, en disant que rien ne prouve ou ne contredit les avantages avec ce public. La quantité de recherches ou d’articles académiques qui servent de base scientifique et mettent en évidence les résultats positifs de la thérapie par la danse et le mouvement auprès des publics les plus variés n’est pas aussi large ou satisfaisante que ses applications.

Le temps qu’elle a été pratiquée, à son tour, est plus étendu, ainsi que l’expansion de son public bénéficiaire, mais, bien qu’il y ait des recherches sur le sujet, elles sont encore insuffisantes pour que son acceptation scientifique soit plus grande. Ceux qui ne connaissent pas sa méthodologie et ses fondements peuvent commenter qu’il s’agit de quelque chose de très simple et sans base théorique, et peuvent même confondre les bénéfices thérapeutiques qu’une activité de danse peut avoir avec une séance de thérapie par le mouvement de la danse ou l’une de ses variantes.

C’est parce que c’est une méthode très large et très accueillante qui peut bénéficier à tous ceux qui le souhaitent. Le fait qu’il existe un très large éventail de méthodes, variant en fonction des besoins et des capacités du public à servir, peut entraîner une certaine confusion quant aux spécificités de la méthode choisie, car elles sont très similaires.

Au fur et à mesure que les experts se perfectionnaient, de nouvelles modalités se sont développées et se sont différenciées, bien qu’à des degrés très faibles. Ainsi, des mélanges peuvent être faits entre les différentes méthodes, les caractérisant mal.

Branches

Contact authentique

Cette technique, développée par Soraya Jorge et Guto Macedo, naît de la rencontre entre le « Movimento Autantico » et le « Contact Improvisationnel ». Il étudie la déconstruction des modèles dans la perspective des nouveaux modèles qui naissent de ce processus, qui repose sur la conviction que le corps a besoin de se déconditionner de certains schémas et d’assumer une rencontre avec l’environnement, ainsi qu’avec la sensibilité humaine et les contradictions de la société actuelle.

Contact Improvisation (CI)

Cette technique, créée dans les années 1970 par un groupe de chorégraphes et de danseurs américains liés à la danse moderne, consiste en un système de mouvement dans lequel le contact entre deux ou plusieurs personnes génère le flux des mouvements.

Les artistes participant au groupe initial ont fondé une compagnie de danse, Grand Union, qui avait pour base méthodologique l’improvisation de groupe. Cette compagnie est le résultat des incidents avec les formes de masse et les formes corporelles préétablies des écoles et des compagnies de danse. En 1972, elle a présenté un spectacle intitulé Magnesium, rendant le CI officiel.

Le contact improvisé est un moyen d’élargir la perception du corps, la perception des qualités thermiques, des centres de gravité, des ajustements et des possibilités du corps. Système Laban/Bartenieff. Prolongement du Mouvement Laban, il a été développé par Irmgard Bartenieff (1900-1981) en fonction de son expérience avec les victimes de la polio avec lesquelles elle a développé une méthode de rééducation corporelle appelée Fondamentaux Bartenieff, incluse dans le Système Laban/Bartenieff.

La technique consiste en l’observation et la description du mouvement, considérant qu’être vivant c’est être en mouvement. Elle peut être apprise à l’Institut Laban/Bartenieff pour l’étude du mouvement, fondé en 1978. La danse thérapeutique. Conçu par l’Italienne Elena Cerruto, il est le résultat de l’expérience de l’auteur en matière de thérapie par le mouvement et de sa formation avec MarÃa Fux, qui a développé la thérapie par la danse.

Sa formation en danse moderne et en philosophie orientale l’a amenée à développer sa propre méthode en Italie. Selon M. Cerutto, la danse thérapeutique est la danse dans sa forme la plus simple : le langage des émotions profondes.

Dans l’action créatrice de la danse, un chemin de transformation dans la continuité est accompli, un chemin dans la spiritualité du corps. L’espace-temps de la danse, dans lequel se mêlent le sens de la limite et le sentiment de transcendance, donne lieu à un parcours de recherche, de confrontation et de croissance.

Principaux travaux

Au rythme du cœur : la danse-thérapie entre Orient et Occident, publié en 2009, cet ouvrage apporte le résultat des expériences et des études de l’auteur, ainsi que la compréhension de sa méthodologie. Dance therapy Classic de Fux, publié en 1988, où  l’on peut trouver un compte-rendu des différentes expériences de l’auteur avec des enfants, des adolescents et des adultes atteints de handicaps sensoriels ou moteurs.

Les possibilités du travail sont abordées, montrant comment il est possible de retrouver l’équilibre et la joie de vivre. La danse, une expérience de vie , l’ouvrage de Fux, publié en 1983, consiste en un résumé autobiographique de l’expérience de plus de 30 ans de l’auteur dans le domaine, montrant comment il est possible de s’exprimer à travers le corps comme moyen de communication, même en cas de problème de handicap physique ou d’un autre type de limitation.

La formation en danse-thérapie, le livre de  Fux, autobiographique, apporte des contributions personnelles de l’auteur sur la pratique de la danse-thérapie à travers le récit des expériences que l’auteur a vécues et qui ont permis la découverte de son propre corps, l’enrichissement de son mouvement et le développement de sa créativité.

Après la chute… la thérapie par la danse ! Livre sur l’expérience de l’auteur Fux qui, après avoir subi une chute et une fracture de la rotule, a utilisé la danse-thérapie pour entrer en contact avec les parties saines de son corps.

Sources et inspirations

Les connaissances orientales, appliquées à la danse-thérapie, visent l’intégration et l’équilibre de l’être corps/esprit. La base ancienne de la danse est la priorité utilisée dans la formation en DMT dans certaines écoles, comme le Center for International Training in Dance Therapy, selon laquelle le professionnel va se développer :

– Capacité à être centré ;

– Fluidité et polyvalence, qui vous offriront la sensibilité et la sagesse de l’écoute ;

– La générosité, pour s’exposer et être créatif ;

– Auto-ironie ;

– Liberté

Selon M. Cerutto, la danse thérapeutique est la danse dans sa forme la plus simple : le langage des émotions profondes. Dans l’action créatrice de la danse, un chemin de transformation dans la continuité est accompli, un chemin dans la spiritualité du corps.

L’espace-temps de la danse, dans lequel se mêlent le sens de la limite et le sentiment de transcendance, donne lieu à un parcours de recherche, de confrontation et de croissance.

Interconnexions

La thérapie par la danse. Consiste en une approche corporelle thérapeutique et intégrative, qui propose la stimulation de la créativité spontanée du corps par l’imagination et la liberté de mouvement.

L’objectif principal est la promotion de l’intégration et de la communication entre les individus, afin de stimuler la confiance vers des transformations concernant les sentiments négatifs et l’impuissance.

La technique est très proche de la Thérapie par le mouvement de la danse, mais a ses fondements théoriques basés sur la méthodologie créée par Fux (1922), danseuse argentine, et la transpersonnalité.

Les ressources artistiques, éducatives et thérapeutiques sont utilisées dans le but d’aider la personne à découvrir de nouveaux chemins, à surmonter des défis et à avoir une vie plus heureuse. Elle est indiquée à ceux qui cherchent un meilleur développement de la qualité de vie et de la spiritualité étant liée à la joie et au bien-être.

Les objectifs sont de préserver l’énergie et l’équilibre du rythme interne du corps, en se basant sur le travail créatif et la connexion avec la nature.

Les prestations s’adressent aux personnes de tous âges, avec ou sans besoins particuliers. Il s’agit d’une ressource complémentaire qui favorise également la prise de conscience du corps et la compréhension des limites.

Pratiquée en silence, elle est censée favoriser le contact avec le rythme interne, facilitant la perception de soi et l’intégration au rythme de la nature. La perception de son propre rythme permet d’accéder aux parties saines du corps et d’éveiller le mouvement.

La danse créative

La méthode, développée par Blanche Evan (1909-1982), consistait en un support permettant de manifester tout ce qui ne pouvait être exprimé verbalement. La méthode a été organisée en fonction des capacités thérapeutiques primaires du mouvement : l’altération fonctionnelle et les mises en scène d’improvisation, qui impliquent l’utilisation de techniques projectives ; la sensibilisation et la mobilisation du potentiel d’action du corps ; l’improvisation détaillée ou complexe, où une structure est créée pour explorer un thème ou un problème particulier.

L’auteur elle-même a différencié cette méthode de la danse-thérapie dans la mesure où, dans ce cas, la « croûte » a été brisée, et que dans la danse-thérapie, le travail conduit à dénouer les nœuds, à diagnostiquer et à activer la vie, le cerveau et à modifier les habitudes.

Mouvement authentique

Le travail corporel, développé dans les années 1950 par Mary Starks Whitehouse (1911-1979), danseuse et thérapeute jungienne, est basé sur l’imagination active et constitue un moyen important de travailler avec la fonction transcendante.

La technique consiste à permettre à une personne de se déplacer sous l’œil d’un témoin qui observera, sans jugement, en lui donnant la sécurité d’exprimer son mouvement dans le présent et en permettant aux contenus inconscients d’émerger.

Les pensées ou impressions du témoin porteront sur lui-même, ce qui l’amènera à se regarder. La question « qu’est-ce qui me fait bouger » est fondamentale, elle aide au développement d’une écoute fine des impulsions. Après le mouvement, ces contenus peuvent être intégrés à l’ego par l’écriture, le dessin ou la parole.

La réflexologie plantaire contre la douleur
Kinésiologie : de quoi s’agit-il ?